Archives pour la catégorie nouvelle série

tous connectés

Ces petits câbles finissent très vite au rebus, vous avez remarqué ?
Signe des temps, signe de notre dépendance grandissante à l’ultra connexion. Il en traîne partout, cassés sans doute. poupée sauvage ramasse, et stocke bien sûr. En cette période de pandémie, c’est sans doute le bon moment pour commencer à explorer la famille des tous connectés…

These little cables get discarded very quickly, did you noticed it ?
Sign of the times, sign of our growing reliance on ultra-connection. I’m finding them everywhere, probably broken.
I thought the pandemic period was a good time to start exploring the connected family…

 

forêt lointaine

  J’veux des arbres, beaucoup d’arbres… immergeons-nous dans leur force et leur pouvoir de protection. Et je rêve, je rêve. Et si demain, l’homme choisissait, enfin, de préserver la nature pour se protéger lui-même ?

I want trees, lots of trees… let’s immerse ourselves in their strength and protective power. And I’m dreaming, I’m dreaming. What if tomorrow man finally chooses to preserve nature to protect himself ?

picoti picota

Hérisser les formes lisses et douces du textile de petits picots, voilà le projet… mais je n’en suis pas à mon premier essai, ni le dernier !

    

Les échecs et les ratés constellent les expérimentations, je les montre rarement.
Parfois ils génèrent de nouvelles idées,

d’autres fois il n’y a qu’à tout recommencer.
Pour les surfaces à picot, ça n’est pas encore ça, la seconde pièce est à déconstruire entièrement. Trop moche (je vous la montre même pas). Elle deviendra peut-être autre chose (ou pas) mais la méthode est à revoir. Allez, ça tombe bien, poupée sauvage, comme tout le monde (ce qui est proprement hallucinant) dispose de beaucoup de temps en ce moment…

Redémarrons sur une nouvelle deuxième pièce…

mur mur végétal

  

En prolongement d’une série déjà ancienne, de nouveaux fagots entortillés se sont retrouvés au mur. Mais ça n’est qu’une première étape. Ils vont patienter là longtemps longtemps et seront terminés – dans la mesure du possible – après la perte de leurs feuilles qui devrait mettre à nu l’entrelacs desséché des tiges.

En attendant on est content d’avoir un peu de dehors… dedans.