Archives par mot-clé : branches

des clouX !

Plus que jamais, poupée sauvage reste sur sa branche.


Mais, en plus de jouer, désormais, sur la couleur de la fibre, vient le moment d’y mettre un peu de piquant.

(Il se trouve que grâce à notre inestimable Emmaüs local, poupée sauvage dispose d’une magnifique réserve de ClouX !)

Et les ClouX, ça ne demande qu’à bourgeonner sur les branchettes sauvages…

C’est un début bien sûr.

fraiche

Une très très grande branche de lierre m’a mis sur la piste de la fibre fraiche.
Généralement, je ne glane que des branches mortes et bien sèches. Cette paire de branches constituait l’extrémité d’une liane de lierre qui s’était décrochée de son arbre hôte… sans doute parce que justement son extrémité avait rendu l’âme. ( je ne suis pas docteur pour arbre aussi je ne saurais vous dire pourquoi c’est l’extrémité qui est morte en premier )
Bref, une belle extrémité, aux ondulations rythmées, hop, j’embarque…

et je la travaille pour en faire deux belles et longues pièces murales.

mais la suite de la liane me titille à chaque passage, lors de mes balades. La suite de la liane n’est pas morte, mais elle est condamnée : décrochée définitive.

Allez hop, je craque et j’embarque les tiges fraiches cette fois.

Travailler la fibre fraiche s’avère étonnant, sous l’écorce la branche reste humide, tendre à entailler.

Mais la plus belle surprise est ailleurs. La teinte du bois s’avère très claire, laiteuse, et – après séchage – elle ne bouge pas ! Après ponçage, c’est carrément magique et prend l’allure de presque-d’os.
Bref, poupée sauvage est devenue définitivement mangeuse de bois.

La pièce en cours est finalement tronçonnée pour ne garder que la partie étonnante…

Et la voilà habillée pour l’hiver.

Séparation, c’est son nom.

Sur la branche

Voilà un moment que je suis sur la branche… sur une très très longue branche, qui ne cesse de se prolonger et de se ramifier.

I’ve been on the branch for a while… on a very, very long branch,
which keeps extending and branching out.


Vous en étiez peut-être restés aux aventures de poupée sauvage au pays du lierre et de ses entrelacs ? En explorant les parties plus aériennes du lierre, des formes étonnantes, joyeuses et épanouies ses sont imposées.

J’ai commencé à ramener de balade des petites branchettes, des amusettes.

Puis des branches plus importantes, où il faut jouer à repérer le début d’une histoire qui se révèlera ensuite petit à petit, au fil du couteau.

Puis je suis passé au noir !
Une « très grande branche » m’a offert un nouveau terrain d’exploration…

Des oiseaux surgissent aussi de temps à autre…

Et, comme eux, je sens que je vais rester encore un moment sur ma branche…

Il semblerait que j’ai changé de matériau. Mais le tissu est toujours là, guidé par le fil de métal, juste il s’additionne au reste, parfois.
Je suis très contente de cette ouverture sur la nouveauté. En cette réclusion hivernale, c’est une véritable échappée de l’esprit. J’adore ne pas savoir où je vais. La suite de cette branche m’éloignera peut-être encore davantage de la poupée, mais me rapproche d’un plaisir de création de plus en plus brut.
Je ne remercierai jamais assez le jeune tourneur sur bois qui m’a fait découvrir l’existence des couteaux à bois ! ça n’a l’air de rien, mais avoir de bons outils vous ouvre aussi de nouvelles portes.
Pourtant, je voudrais préciser que je ne sculpte pas. J’écorce, je sélectionne, j’oriente, je galbe, je prothèse. Et, franchement, oui, je m’amuse !

It seems that I have changed material. But the fabric is still there, guided by the metal thread, just adds up to the rest, sometimes.
I’m very happy with this openness to new things. In this winter seclusion,

t is a real escape from the spirit. I love not knowing where I’m going.
The continuation of this branch may take me further away from the doll,
but brings me closer to a pleasure of creation more and more raw.
I can’t thank enough the young woodturner who made me discover

the existence of wood knives! It doesn’t seem like much,
but having good tools also opens new doors.
However, I would like to make it clear that I don’t carve. I bark, I select, I orientate, I shape, I prosthesis. And, frankly, yes, I have fun!

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

entrelacés

Nous avions un mur couvert de lierre… et désormais il n’en reste plus que la trace. Mais quels beaux entrelacs que voilà… et hop dans l’atelier !

We had a wall covered with ivy… and now there’s only a trace of it left. But what beautiful interlacing there is! And off to the workshop!

Et puis finalement, le lierre est partout, sur nos mur et au bord des chemins de balade… moins entrelacé, mais plus alambiqué.

And finally, ivy is everywhere, on our walls and at the edge of the walking paths…less interwined, but more convoluted.